Le «petit incident» de la ministre Dookun-Luchoomun

1 week ago 73

Avant même la grogne à l’école Philippe Rivalland RCA à Beau-Bassin hier, un communiqué du ministère de l’Éducation était attendu. Dans l’après-midi, il se chuchotait que Leela Devi Dookun-Luchoomun serait présente au point de presse quotidien du comité national de communication sur le Covid-19 (NCC) pour apporter des explications, voire rassurer les parents, qui ont exprimé leur révolte après qu’une invigilator a été testée positive au Covid-19. Mais la ministre de l’Éducation a joué aux abonnés absents.

Son collègue de la Santé, le Dr Kailesh Jagutpal, a effleuré cette affaire pendant une minute à peine, expliquant que des tests PCR n’ont pas été effectués sur tous les invigilators car cela ne «garantit pas» une non-transmission du virus. Et, dit-il, la surveillante positive a été en contact avec «un seul élève». C’est finalement en soirée que la ministre de l’Education a décidé de faire une brève déclaration à la MBC seulement. De son bureau situé à Phoenix, Leela Devi Dookun-Luchoomun a surtout banalisé l’incident qui s’est déroulé à l’école Philippe Rivalland RCA. «Nou finn gagn malerezman enn ti insidan dan enn sant lexamin…». Elle ajoute que les autorités ont pris les mesures promptes et appropriés pour assurer la continuation, en toute sérénité, des examens de PSAC.

Évolution des cas

Entre 11 h 30 et 17 h 30 hier, trois nouveaux cas positifs au Covid-19 se sont ajoutés à la liste après que 684 tests ont été effectués. L’un d’eux est lié à un patient contaminé à l’unité de radiothérapie de l’hôpital Victoria alors que les deux autres ont été détectés au 7e jour de leur quarantaine. Avec 132 patients guéris, le nombre de cas actifs est donc passé à 397 sur un total de 535 cas de contamination locale détectés depuis le 5 mars. L’état de santé d’un patient dialysé admis à l’hôpital de Souillac inspire de vives inquiétudes alors que trois autres patients en besoin d’oxygène sont «stables».

Read Entire Article